Les Voyages de Victoria

Avec tous les créateurs du monde

 « Quand j’ai ouvert ce magasin, explique Muriel Bianchin, je m’étais lancé un défi : présenter des choses que l’on  ne pouvait pas trouver ailleurs. »  Pari relevé, depuis le mois de mai, des  vêtements venus des quatre coins du monde et des  objets de décoration uniques  peuplent les présentoirs du magasin. 


Muriel  fait tout avec passion. La gestion de sa nouvelle boutique comme ses anciens métiers. « J’en ai changé souvent », précise-t-elle en les listant : cadre chez EDF, directrice d’une maison de retraite,  responsable d’une boulangerie-pâtisserie de 25 salariés, associé d’une entreprise de menuiserie d’aluminium.  « A 50 ans, j’ai eu envie de me faire plaisir et d’ouvrir ma boutique ». Au mois de mai, elle s’installait  dans son magasin baptisé « Les voyages de Victoria ». Comme elle ne voulait pas présenter des marques connues, elle se met en quête de petits artisans et profitent de ses voyages pour trouver des produits exclusifs.  « Au Portugal, j’ai rencontré une maman qui, avec sa fille, fabriquaient des  porte-clefs colorés en forme de sardine. Cet objet on en le trouve que dans ma boutique et à Lisbonne ».
Tous les dimanches, elle parcourt les salons avec l’espoir de dénicher des vêtements ou objets originaux. C’est là, qu’elle rencontre une hôtesse de l’air qui ramène de ses déplacements des tissus, customise des vestes en jean avec des broderies mexicaines et transforme des kimonos en manteau. Des pièces uniques, colorées, serties de perles vendues dans la boutique sont également représentés des créateurs italiens, belges, hollandais ou espagnols.  « Quand je travaille avec des pays du tiers monde, j’attache une grande importance à la démarche éthique » insiste Muriel en montrant un panier en plastique et en corde fabriqué par des femmes kényanes durant la saison sèche, synonyme de disette.  
Entre vestes indiennes et kimonos, sautoirs en ivoire végétal et boucles tribales, mobiles portugais et sacs ensoleillés, Muriel Bianchin, explique à une cliente l’origine d’une poupée mexicaine brodée à la main et fabriqués dans une sierra par une mamy.  «Toutes mes produits, précise-t-elle, ont une histoire et j’aime la raconter à mes clientes ».
 Ambiance africaine, mexicaine, bohème chic…  tous les coups de cœur de Muriel sont rassemblés dans la boutique où l’invitation au départ est partout. Même derrière le  paravent qui cache un décor de plage.  Voyage, voyage !

Pratique :
Les Voyages de Victoria
3 rue de l’Aspic
Ouvert du samedi au lundi
Facebook
Instagram


 

Partager sur

Ce site à été réalisé avec ADAPT~EASY 3.5
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.D'accord