VILLARET

Le croquant : emblème d’une ville !

Installée depuis 1775 à Nîmes, la maison Villaret, célèbre pour ses croquants, perpétue la tradition tout en regardant vers l’avenir.


Au 13 rue de la Madeleine, devant une élégante vitrine verte et boisée flotte une bonne odeur sucrée de biscuit. Dans la vitrine, les nougats mous que l’on achète à la tranche, des  minerves, et autres caladons sont autant d’invitations à rentrer dans boutique. Derrière la banque, les vendeuses, tout sourire, distribuent aux clients des pains de mie et à la farine de blé et des viennoiseries.
L’histoire de cette enseigne débute, il y a plus de deux cents ans, avec l’acquisition par Claude Villaret , de la boulangerie de la rue de la Madeleine. Cet artisan fabrique du pain au levain mais aussi des gâteaux au citron et à la fleur d’oranger. L’astucieux pâtissier a, comme tous ses confrères, d’énormes difficultés pour rendre la monnaie sur l’achat d’un pain au lait qui coute 6 liards, soit 1 sou et demi. Il a alors l’idée de réaliser un petit gâteau sec (à base de fleurs d’oranger et d’éclats d’amandes) croquant sous la dent qui puisse remplacer la pièce de un demi sou inexistante. Quand un client lui donne 2 sous pour l’achat d’un pain au lait … il rend un gâteau. Le croquant était né ! Léonie la petite-fille et son frère Paul prendront la relève et ce n’est au XIXème que le célèbre croquant connaît une première renommée.
En 1967, la maison change de mains.Gabriel Recollin rachète la boulangerie, le nom Villaret et  le brevet de la recette des fameux croquants. Sa fille Claudine Brayde lui succèdera en redonnant une nouvelle jeunesse à cette institution nîmoise.
Ses trois enfants, sont aujourd’hui aux commandes et perpétue la tradition. Marion, l’aînée, s’occupe de la partie vente et produits innovants. Rémi gère la partie production. Benoît s’occupe, lui, de l’administration et du développement.  « Nous avons, explique ce dernier, agrandi la boutique et aménagé à côté de la boulangerie un  petit restaurant salon de thé. Laura la cuisinière a carte blanche, le matin, elle fait ses courses aux Halles et propose une entrée et deux plats aux choix tous les jours differents». Produits frais et locaux sont servis le midi du mardi au dimanche dans une ambiance cosy autour de l’ancien four a bois. Après l’ouverture d’un espace dans les Halles de Nîmes  (il ya cinq ans)  et d’une boulangerie à La-Calmette (il y a deux ans), la construction d’un nouveau laboratoire est envisagée. « Ce sera un laboratoire spécifique pour les biscuits comme les caladons ou les tuiles dont  nous voulons développer le marché», explique Benoit. Mais les croquants, inventés il  y a deux siècles et dont la recette est gardée secrète, sera toujours le produit star de l’enseigne « Villaret ». Normal ! Il est devenu l’emblème d’une ville : celle de Nîmes.


Pratique :
13 rue de la Madeleine
Site Internet
Facebook

Partager sur

Toutes les actualités >>

Ce site à été réalisé avec ADAPT~EASY 3.5
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.D'accord